TaxiDisputeFactsFrench

Nous sommes les chauffeurs de taxi qui desservent l’aéroport d’Ottawa.
Nous sommes en lock-out depuis le début d’août en raison d’un conflit lié aux
redevances payées à l’aéroport. Voici quelques mythes et réalités sur le lock-out.

MYTHE

RÉALITÉ

Les chauffeurs de l’aéroport ont le droit de travailler au centre-ville.

Dans 99,9 % des cas, ces chauffeurs retournent sans passagers à l’aéroport pour attendre en file leurs prochains clients.

L’aéroport est la seule station de taxis exclusive.

La ville d’Ottawa entière est basée sur des stations de taxis exclusives. Une seule entreprise détient le droit exclusif de desservir la gare, le terminus d’autobus, les hôpitaux, les centres commerciaux et les hôtels d’Ottawa, entre autres. Les chauffeurs de l’aéroport n’ont pas le droit de prendre des passagers à ces endroits.
Les taxis de l’aéroport exercent un monopole. Le prédécesseur de l’autorité aéroportuaire
(Transports Canada) a déterminé que le seul moyen pour l’aéroport d’offrir des services adéquats et constants aux voyageurs était d’avoir son propre parc de taxis. Sans parc propre à l’aéroport, les chauffeurs risqueraient d’aller à des endroits achalandés au lieu d’attendre à l’aéroport lorsqu’il fait mauvais ou lorsque des vols sont retardés.
Seuls les taxis de l’aéroport peuvent prendre des passagers à l’aéroport. Tout comme les autres concessions exclusives à Ottawa, un parc de taxis a la priorité, mais n’importe qui peut prendre des passagers lorsque celui-ci n’est pas disponible ou capable de les desservir.
Coventry Connections prétend qu’il ouvre l’aéroport afin d’offrir un meilleur service

au public.

En réalité, il a offert de maintenir le parc exclusif tant que celui-ci accepterait de payer 4,50 $ (plus la TVH) par course. Manifestement, il s’agit d’une arnaque. Il empoche l’argent, peu importe d’où il vient. Coventry exige une redevance plus élevée par course aux chauffeurs remplaçants.
L’autorité aéroportuaire ne reçoit pas suffisamment d’argent.

En 1983, l’aéroport recevait plus de 200 000 $ par année, contre 50 000 $ en 2013. C’est difficile à comprendre, mais les compagnies de taxi n’ont jamais réduit les redevances des chauffeurs. En réalité, les redevances des chauffeurs ont considérablement augmenté au fil des ans. Les compagnies de taxi ont mis l’argent qui aurait dû revenir à l’aéroport dans leurs poches.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *